Expositions
KAPWANI KIWANGA
SUBDUCTION ZONES

Vernissage Vendredi 04 Mars 2016 à 18h00 à la Galerie du Granit / Entrée libre





 
Exposition du 5 mars au 19 avril 2016
Présentation à l’attention des enseignants et responsables associatifs
jeudi 10 mars à 18h

Visite sandwich mardi 15 mars à 12h20
Visite avant le spectacle mardi 5 avril à 19h
La dernière visite mardi 19 avril à 18h


KAPWANI KIWANGA
GALERIE TANJA WAGNER


Entre recherches scientifiques, sociologiques, historiques et géologiques, Kapwani enquête à Gibraltar sur le projet de l’Afrotunnel. Le rapprochement est déjà en marche, au rythme de 4,8 mm par an dans le détroit de Gibraltar la zone de subduction qui agit entre les plaques eurasienne et africaine semble jouer en faveur d’un rapprochement durable. Un projet futuriste, une utopie, pour cette zone d’intenses échanges.

Kapwani Kiwanga met à profit sa formation dans le champ des sciences sociales, pour élaborer des projets de recherches singuliers. Sa méthode consiste à créer des systèmes et des protocoles qui agissent comme des filtres au travers desquels elle observe les cultures et leur capacité à muter. Elle se nourrit de recherches anthropologiques, de littérature, d’histoire et de science-fiction, d’archives et de culture vernaculaire. Dans ses films, installations et performances elle explore la relation au savoir, à la science, aux croyances, questionnant le statut du document et de la culture immatérielle. Ayant un goût pour les traditions orales elle use de la forme documentaire et de la conférence pour nous faire voyager dans des savoirs aux croisements des cultures, ou l’histoire de l’Afrique tient une place importante. Elle emprunte ou détourne des méthodologies de l’anthropologie et de la sociologie afin de créer de nouvelles connaissances et d’encourager la puissance critique. Les fictions spéculatives ou réalités alternatives de Kiwanga contribuent à ajouter au monde contemporain des strates de complexité. Comme le suggère le penseur sénégalais Issa Samb : « L’humanité doit créer son propre passé afin de se projeter dans l’avenir. Le créer. Tel un serpent qui se défait de sa peau » *.
* The Shell. A conversation between Issa Samb and Antje Majewski , in C. Deliss (ed.), Object Atlas-Fieldwork in the Museum, Francfort, Museum der WeltKulturen, p. 244

Kapwani Kiwanga est née en 1978 à Hamilton au Canada, elle vit et travaille à Paris. Après des études d’anthropologie et de religions comparées à l’université McGill de Montréal, elle a suivi le programme de recherche « La Seine » à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, puis le Fresnoy–Studio national d’art contemporain. Ses films ont été primés dans de nombreux festivals. Elle a présenté son travail à Paris, New-York, Londres, Milan, Bruxelles, Amsterdam, Berlin. Elle est représentée par la galerie Tanja Wagner, Berlin et Jérôme Poggi, Paris.

© Kapwani Kiwanga, Strata, 2015 et document sur Gibraltar et l'Afrotunnel