Expositions
FIXING SHADOWS (FIXER L'OMBRE)

Vernissage Vendredi 27 Septembre 2013 à 18h00 à la Galerie




© John Batho. Eastbourne. Ombres sur gazon. 1977


© Blanc et Demilly, Maquette années 1930-1940

Le site du musée Nicéphore Niépce
  Collections photographiques du Musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône
Commissaires invités : François Cheval, Anne-Céline Besson
Exposition du 28 septembre au 3 décembre
dans la Galerie et en petite salle

Entrée libre

Visite expo sandwich mardi 15 octobre à 12h20

Conférence « Le pouvoir de l’ombre » par Claire Kueny, historienne de l’art jeudi 17 octobre à 19h au Granit
Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’une recherche menée en thèse depuis octobre 2012 sur l’ombre projetée dans le champ élargi de la sculpture des années 1980 à aujourd’hui. À partir de l’Ombre d’Andersen, présenté au Granit cet automne, il s’agira d’interroger la réification, le devenir chose de l’ombre, pourtant si immatérielle, dans le champ artistique. Les notions de double, d’animisme,… nous permettront de réfléchir à son rôle sur le plan plastique et symbolique. En regard du conte et à partir d’œuvres réalisées ces quarante dernières années, comme celles de Vito Acconci, Stephan Balkenhol, Alain Fleischer, Tim Noble & Sue Webster, Philippe Ramette,… nous étudierons le « pouvoir de l’ombre » dans  les œuvres et chez le spectateur.

Conférence « Chose publique. Collectionner au musée Nicéphore Niépce » par François Cheval, conservateur en chef des Musées de Chalon-sur-Saône, directeur du musée Nicéphore Niépce, mardi 5 novembre à 18h30 à l’École d’art Gérard Jacot, 2 avenue de l’Espérance, Belfort
L'objectif de la conférence est de présenter les collections du Musée Nicéphore Niépce, ses spécificités, contraintes et paradoxes. "La légitimité du musée Nicéphore Niépce est contenue dans son intitulé éponyme : célébrer l’œuvre de l’enfant glorieux du pays. Sa collection, a priori,  ne peut être qu’un commentaire des gestes et des potentialités de Nicéphore Niépce. Depuis sa création, son champ d’intervention s’est pourtant considérablement élargi. Le musée Niépce a en réalité pour objet le photographique.  Ce concept s’incarne de manières très variées. Il ne relève pas uniquement de l’art et doit beaucoup à la technologie. Il se rapporte plus aux sciences humaines qu’à l’histoire de l’art."

Si l’enjeu majeur de la fabrication d’une image photographique est la lumière, le processus ne peut se départir de son principal corollaire : l’ombre. Au sens littéral du terme, la photographie est la technique qui permet « d’écrire avec la lumière ». Mais dès ses balbutiements, l’un de ses précurseurs, William Henry Fox Talbot, la définira poétiquement comme « The Art of Fixing Shadows », l’art de fixer l’ombre. Forme sans substance, mouvante, l’ombre acquiert en photographie la matérialité dont elle est dénuée dans la nature. à mesure que les performances du médium s’améliorent, elle devient un élément concret, graphique, occupant une place à part entière dans la composition. Tour à tour sa présence dans l’image est recherchée par les photographes ou bien en est bannie. Preuve tangible et directe de la photosensibilité, elle est aussi considérée comme l’élément perturbateur que l’amateur n’aura pas su maîtriser. Acceptée voire revendiquée, l’ombre devient un mode narratif de premier ordre en photographie, jusqu’à en être le sujet central.

Dossier pédagogique